Prince Konshin.

 

 

Il était une fois il y a très très longtemps au royaume des Komis, habitants du fleuve Kama, un prince qui s'appelait Konshin. Il avait trois sťurs, les princesses Anne, Catherine et Miriam. Leurs parents avaient été mangés par le monstrueux géant cannibale Punégoussé.

Konshin avait décidé de venger ses parents mais d'abord, il fallait marier ses sťurs, pour qu'elles soient en sécurité en son absence. C'était ainsi que Konshin avait marié ses trois sťurs avec les trois princes voisins de son royaume:

Jehan, prince des Magyars,

Pierre, prince des Finnois,

Gilles, prince des Ougriens.

Après les fêtes qui durèrent 30 jours et 30 nuits, Konshin rassembla son armée et partit à la recherche du royaume du géant Punégoussé.

En voyage à travers l'Oural, Konshin rencontra la Déesse d'or, Mokosh, d'une beauté et d'un rayonnement tels qu'il était immédiatement tombé amoureux d'elle. Elle, à son tour, avait avoué qu'il lui plaisait beaucoup. Mais Konshin hésitait à épouser Mokosh, car il devait d'abord venger ses parents. La Déesse d'or avait promis de lui donner trois fils d'or s'il l'épousait. La décision fut prise de célébrer le mariage sur-le-champ.

Profitant de la fête grandiose donnée par Konshin à cette occasion, le sorcier Tchoud, qui voulait épouser la Déesse d'or depuis longtemps déjà, l'enleva et l'amena dans son château.

Mais la Déesse d'or refusa de l'épouser une fois de plus, malgré l'immense trésor de Tchoud, bien connu de tous; c'était Konshin dont elle était tombée amoureuse.

Furieux, Tchoud transforma Mokosh en bouleau, à l'écorce si blanche et au bruissement des feuilles si doux si mélodieux si envoûtant par sa musique intensément mélancolique que les fleurs de la forêt devenaient des orchidées étranges aux têtes en deuil, qui envoyaient des solitons de détresse tout autour.

Le prince Konshin qui les avait captés comprit le message, sans hésiter un instant il rassembla son armée pour partir et délivrer sa bien-aimée.